La fille, qui a étudié sur le carton, tandis que son humble père a lavé les voitures, reçoit une subvention.

Le père était trop triste, incapable d’offrir à sa fille le strict minimum pour satisfaire ses besoins.

Toutefois, même la pauvreté la plus absolue n’a pas empêché cette jeune fille de cinq ans, malgré tant d’épreuves, de vouloir développer.

Son père a dû adapter un toit improvisé avec des cartons pour elle dans la rue. Dans cette triste situation habitent José Gonzalo et sa petite Maria Rosa, cinq ans. On ne sait pas où est la mère, mais il a dû prendre soin d’une mineure. Confronté à une telle misère, il décide d’émigrer à la
recherche d’une vie meilleure.

Il a gagné sa vie en lavant des voitures dans Trujillo, Pérou. Il a gagné jusqu’à 7 $ par jour, ce qui ne lui permet pas de vivre décemment.

Maria Rosa, une fille très intelligente, qui a appris de son père à être une combattante, tenace et ne pas céder à des difficultés, rêve de devenir avocate. Cependant, la petite fille n’entre pas à l’école, et comme son père ne peut pas la laisser seule, il a dû l’installer une table, pour qu’elle puisse faire ses études pendant qu’il travaillait.

Depuis qu’il a été enregistré et publié sur les réseaux sociaux, son histoire a touché le cœur de millions d’êtres humains. Non seulement la situation précaire du père a affecté des centaines de cœurs, mais également les efforts extraordinaires de la petite fille et son désir de se battre.

Lorsque l’histoire de Maria Rosa est devenue si virale, heureusement, la Société des Volontaires de Trujillo (SBT) a annoncé qu’elle lui accordera une bourse et un lieu d’étude à l’école Hermanos Blanco. De plus, José Gonzalo aura un emploi stable ; il deviendra le gardien de l’école.

Rate article
La fille, qui a étudié sur le carton, tandis que son humble père a lavé les voitures, reçoit une subvention.
Les secouristes s’empressent de secourir un chien abandonné sur une route achalandée